Skip to main content

Rio+20 ou Rio-20 ? : Ce que je retiens du sommet

Après plus d’une semaine  à Rio de Janeiro, au Brésil, dans le cadre de la conférence internationale des Nations Unies sur le développement durable, place maintenant au bilan de ce rassemblement dit-on des « experts du développement durable ». Dois-je  dire réellement que je fais le bilan ? Parce que sincèrement, Rio+20 n’a été qu’une découverte du Brésil, un pays que j’ai toujours adoré.

A part cela, je n’ai rien à rajouter, sinon un regroupement de plusieurs Chefs d’Etats et de gouvernements venus papoter autour de différentes questions.

Lire la suite

Accaparement des Terres : L’Afrique élève la voix au sommet des peuples à Rio

Le problème de l’accaparement des terres en Afrique a été fortement décrié par les délégations africaines présentes au sommet des peuples au Brésil. Venus de différents coins du continent, sociétés civiles, ONGs, mouvement sociaux ont exprimé leur ras-le-bol face à l’accaparement illicite des terres.

Environ 45 millions d’hectares de terre dans le monde ont été vendus à des investisseurs étrangers, entre octobre 2008 et août 2009, ce qui représente environ quatre fois la superficie d’un pays comme le Malawi. En Afrique, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Au Sénégal par exemple, plus de 670.000 hectares ont été vendus à des étrangers. Un chiffre assez parlant pour tirer sur la sonnette d’alarme.

« L’accaparement des terres est un phénomène nouveau. Cela découle d’une migration de certains pays, comme la Chine, qui envahissent notre pays. Cette visée pose problème et beaucoup d’entre eux (N.d.r. : investisseurs étrangers) ont accaparé de manière illicite les terres des autres. C’est ce phénomène que nous voulons qu’il cesse », déclare Sidy Bâ, chargé de programmes à Enda Pronat au Sénégal. « Même les autorités, à travers le projet Reva (Retour vers l’Agriculture) de l’ancien président Wade, qui vise à la stabilisation des populations à travers l’agriculture, des autorités se sont accaparées des terres », selon lui.

Aujourd’hui, ces Ongs et sociétés civiles veulent alerter les autorités et les différents Etats africains pour une restitution des terres. « Cela a commencé avec l’organisation de forum pour engager la population sur ce phénomène qui prend de l’ampleur. La société civile porte la plaidoirie pour que nos gouvernements s’arrêtent un peu sur la question », a poursuivi M. Ba.

Lire la suite

Rencontre avec Carlos Bajo Erro : Un amoureux des réseaux sociaux

C’est sur Twitter que nous avons noué notre premier contact. Cet étudiant en journalisme et communication 2.0 a été séduit par la manière dont les blogueurs sénégalais ont utilisé les réseaux sociaux pour la couverture de la présidentielle. « Il fallait coûte que coûte discuter avec les blogueurs. J’ai été vraiment surpris par toutes ses initiatives des sénégalais sur la toile » explique Carlos Bajo Erro, le temps d’une rapide interview croisée, lors de notre rencontre dans un restaurant de Dakar.

Lire la suite

Reportage: Radio France retrace le travail d’un blogueur sénégalais le jour du vote

L’élection présidentielle au Sénégal a connu une révolution. Les réseaux sociaux ont été utilisés a fond par les internautes. Mais , la nouveauté de cette présidentielle a été le travail extraordinaire des blogueurs. Un journaliste de Radio France a suivi durant toute la journée du 26 février dernier  le blogueur Basile Niane . Guillaume Battin a enregistré tous ses déplacements le jour du vote .  Retour sur une journée de travail très chargé d’un blogueur

Reportage: Radio France retrace le travail d’un blogueur sénégalais le jour du vote by basileniane